Nos enfants ne sont pas des parts de marché !

Voici mon intervention devant la représentation nationale pour protester contre le budget 2018 alloué à l’enseignement scolaire.

Malgré quelques timides avancées, on reste bien loin du compte : le carcan austéritaire, unique boussole de l’actuelle majorité, étouffe dans l’œuf toute politique réellement ambitieuse pour notre jeunesse, qui nécessite de sérieux efforts financiers, tant pour titulariser le personnel précaire que pour rénover nos bâtiments scolaires, par exemple.

Pourtant une alternative existe : celle que nous portons au travers du programme l’Avenir en Commun, pour faire de l’École un sanctuaire exempt des logiques de marchandisation, un outil au service de l’émancipation et de la formation des futurs citoyennes et citoyens.

You may also like...

1 Response

  1. varambon dit :

    Merci Mme Rubin
    Quelle réflexion! enfin une ouverture vers un avenir plus large que celui imposé par notre société actuelle,
    Nous sommes(‘a mon avis) a la fin d’un cycle , a l’apogée d’une société qui se fourvoie et se perd . Les politiques sont leur propres victimes , ils n’ont plus d’idées et s’appuient désespérément sur des acquis et certitudes dépassées. Une conscience nouvelle émerge, l’Homme s’élève , difficilement certes, . la direction est floue et l’organisation est lente et diffuse, elle se mettra inexorablement en place , doucement, longuement mais surement.
    Votre article le démontre ce que nous avons tous, (il me semblel) un point qui nous est commun: réfléchir et essayer de comprendre et surtout ne pas rester dans l’inaction, mème si nous ne sommes pas majoritaire.
    Alors Courage gardons notre « être » profond et chacun a notre mesure exprimons malgré notre isolement apparent un contre pouvoir indispensable a une démocratie.
    Merci

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *