Palestine – Israël : l’Etat français doit assumer sa position d’une solution à deux Etats

Alors que Mahmoud Abbas était à Bruxelles hier pour demander officiellement à l’Union européenne de reconnaître la Palestine comme État indépendant, j’ai récemment alerté le Ministre de l’Europe et des affaires étrangères sur la grave décision des États-Unis d’Amérique de reconnaître Jérusalem comme capitale de l’État d’Israël et sur ses conséquences en matière d’instabilité au Proche-Orient. Il est primordial que l’État français assume sa position d’une solution à deux États.

 

Mme Sabine Rubin alerte M. le ministre de l’Europe et des affaires étrangères sur les risques que comportent pour la paix et la stabilité au Proche-Orient la décision des États-Unis d’Amérique de reconnaître Jérusalem comme capitale de l’État d’Israël.

Cette décision unilatérale du Président américain Donald Trump, le 6 décembre 2017, a fait l’objet de vives réprobations de la part d’une large majorité de la communauté internationale, conformément aux multiples résolutions prises par l’ONU depuis 1967. Ainsi les résolutions 252, 267 et 446 du Conseil de sécurité de l’ONU réaffirment le caractère illégal de l’occupation de Jérusalem-Est, considéré comme territoire palestinien, de même que la Cour internationale de justice lors de son avis du 9 juillet 2004.

La déclaration du Président des États-Unis constitue une grave menace pour le droit international, entérinant de fait le principe du « droit du plus fort », en complet désaccord avec la Charte des Nations unies. L’Union européenne est pour sa part favorable à la reconnaissance de Jérusalem-Est, où vivent près de 320 000 résidents palestiniens, comme capitale d’un futur État palestinien. La France s’est par ailleurs longtemps distinguée par une longue tradition diplomatique d’apaisement et d’amitié vis-à-vis de l’ensemble des États de cette région, sans exclusive ni parti pris, afin de contribuer à une paix durable et partagée.

Dans un contexte de rivalité croissante entre puissances régionales et d’une indéniable montée des tensions entre celles-ci, cette décision des États-Unis représente une entorse grave et manifeste à la stabilité de la région et à la sécurité des populations qui y vivent. La France doit demeurer fermement attachée à une paix durable et partagée, fondée sur la double reconnaissance de l’État d’Israël et de l’État palestinien, au sein de territoires viables économiquement, respectueux du droit international.

Elle souhaite donc savoir quels sont les moyens qu’il souhaite employer pour protéger le statut de Jérusalem-Est, ainsi que pour garantir la reconnaissance d’un futur État palestinien, conformément aux demandes formulées dans les résolutions de l’Assemblée nationale et du Sénat adoptées les 2 et 11 décembre 2014.

You may also like...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *