L’hôpital se meurt et dévore ses enfants

A l’instar de Cronos, roi des titans grecs, qui en bon père de famille avait la fâcheuse habitude de dévorer ses enfants, l’AP-HP met à mal salariés et patients.
Cette semaine, c’est le 5ème suicide d’un agent de santé depuis le début de cette année.
Sur son lieu de travail de l’Hôtel-Dieu, une laborantine de l’AP-HP s’est donnée la mort.

Moins de personnels soignants

Aujourd’hui sur notre territoire Séquano-Dionysien, dans notre G.H. (Groupement Hospitalier), rassemblant les hôpitaux Avicenne de Bobigny, René Muret de Sevran et bien entendu, l’établissement de notre 9ème circonscription, Jean Verdier à Bondy, l’AP-HP réclame de nouvelles coupes budgétaires.
8 médecins et 55 soignants seraient de trop.
Quelles têtes seront coupées ?

Alors que les établissements se fissurent, alors que les arrêts maladies des employés explosent et que la qualité de soin aux patients se dégrade, que demande cet honorable écrin de la médecine de pointe qu’était auparavant l’Assistance Publique des Hôpitaux de Paris (AP-HP) ?
Moins de personnels soignants.
Comment peut-on croire en une continuité des soins de bonne qualité, en proximité avec ses patients, tout en sabrant les moyens accordés à notre territoire fragilisé ?

Les réformes budgétaires ne sont pas qu’une pragmatique gestion de bon père de famille.
Derrière ces « coupes », derrière les portes marquées « réservé au personnel », on tranche dans le vif, on ampute, on sectionne.

Plusieurs alternatives s’offrent à nous

Nous pouvons suivre la vague et se laisser emporter par l’impérieuse et cynique volonté réformatrice ultra-libérale.
Soit, nous pouvons faire le choix de devenir ensemble des porteurs d’espoir et travailler à changer le visage de notre département.

Profitons de l’échange autour de l’Hôpital Verdier qui aura lieu ce samedi 10 mars à 14h30, dans le cadre des Assises de la Santé de la ville de Bondy, pour aborder ensemble un projet d’avenir, pour un hôpital de proximité respectueux de ses patients et de son personnel, et donc nécessaire à toutes et à tous.

 

You may also like...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *