Quartiers en difficulté : il y a une urgence d’égalité républicaine !

Le mercredi 23 mai, j’ai questionné le gouvernement au sujet des inégalités territoriales terribles qui rongent notre République et minent notre cohésion sociale et nationale.

Le constat est sans appel : manque de moyens humains et matériels, fermeture de classes et d’établissements scolaires, de lignes de train en milieu rural, suppression des contrats-aidés et de 120 000 fonctionnaires, attaque sans précédant contre le logement social à travers la loi ELAN…

Pourtant des solutions existent : nous sommes pas condamnés à l’impuissance ou à la novlangue néolibérale.

Retrouvez le texte de ma question :

 

Monsieur le Ministre,

Hier, 5 questions ont été posées pour rappeler les manques des quartiers populaires, péri-urbains ou ruraux.

Elue du 93, je pourrais compléter la liste : pannes d’ascenseurs récurrentes dans des logements sociaux liquidés par la loi ELAN ; trains de banlieue bondés et suppression des petites lignes rurales; agressions à l’arme blanche dans les établissements scolaires quand on réduit le nombre d’AED ; sols pollués quand s’aiguisent les appétits des promoteurs ; suppression des contrats aidés quand les travailleurs sociaux n’ont jamais été autant sollicités.

Je m’arrête là, deux minutes n’y suffisant pas.

A défaut d’une politique publique conséquente, vous organisez l’impuissance de l’Etat, faisant reposer celle-ci sur des particuliers ou sur les grandes entreprises, qui devraient maintenant créer des stages alors qu’elles ne créent pas d’emplois.

Votre éloge des « mamans » est émouvant, bien qu’un tantinet sexiste. Cependant il aurait mieux valu les soutenir par des actes, en votant la proposition de loi de nos collègues communistes pour lutter contre le temps partiel imposé.

A défaut d’une politique sociale, vous ne proposez que contrôle social. L’intervention de l’Etat ne peut pas se résumer aux seules interventions policières. Des solutions neuves et pragmatiques existent :

  • Pour apaiser les relations citoyens/police. Nous avions proposé le récépissé en cas de contrôle d’identité : vous l’avez refusé
  • Pour lutter contre les trafics de drogue qui rongent nos quartiers : il serait possible de légaliser et d’encadrer le commerce du cannabis.

Permettez-moi, Monsieur le Ministre, de vous rappeler une seule réalité qui traduit toutes les autres : « le moins bien doté des établissements scolaires parisiens reste mieux doté que le plus doté des établissements de la Seine-Saint-Denis ».

Cette phrase résonne d’autant plus qu’on assiste au fiasco de ParcourSup qui assigne à résidence les élèves des lycées en difficulté.

Alors M. le ministre, une question, quand allez-vous rétablir l’égalité républicaine sur tout le territoire ?

You may also like...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *