Seine-Saint-Denis : fermeture de la dernière classe pour les enfants sourds

Alertée par des parents d’enfants sourds sur la fermeture de la dernière classe adaptée de Seine-Saint-Denis, j’ai alerté le ministre Jean-Michel Blanquer. Il n’est illégal et surtout anormal que ces enfants se retrouvent exclus du système scolaire en raison de leur handicap. 

ci-dessous le texte de ma question : 

Sabine Rubin alerte le ministre sur la scolarisation des élèves sourds en Seine-Saint-Denis et partout en France. L’article L 111-1 du code de l’Education affirme que le service public doit veiller à l’inclusion scolaire de tous les enfants, sans distinction.

L’article L. 112-2-2 du code de l’Education dispose que « Dans l’éducation et le parcours scolaire des jeunes sourds, la liberté de choix entre une communication bilingue, langue des signes et langue française, et une communication en langue française est de droit. Un décret en Conseil d’État fixe, d’une part, les conditions d’exercice de ce choix pour les jeunes sourds et leurs familles, d’autre part, les dispositions à prendre par les établissements et services où est assurée l’éducation des jeunes sourds pour garantir l’application de ce choix. »

Pourtant, en Seine-Saint-Denis, la seule classe LSF prévoyant un parcours bilingue (LSF/français écrit) va fermer à la rentrée 2018. En Normandie, à Caen, les parents sont obligés d’attaquer l’Etat pour que leurs enfants puissent étudier dans des conditions normales. A Bordeaux et à Marseille, les parents se sont vu refuser la création d’un PEJS par les services de l’Etat.

Ces enfants sont condamnés à changer de département pour pouvoir suivre une scolarité adaptée, ce qui pose de nombreux problèmes en matière de mobilité surtout en milieu rural et pour les trajets de banlieue à banlieue.
Pire, les rares classes existantes sont déjà surchargées par les élèves du territoire. Il n’y a donc plus de place pour les élèves sourds de Seine-Saint-Denis qui étaient censés rejoindre une classe Ulis du collège de Noisiel en Seine et Marne.

Cette inégalité criante exclut de fait des enfants du système scolaire contrairement à ce que garantissent les lois de la République.
Madame Rubin souhaite donc savoir quelles mesures le ministre de l’Education souhaite prendre pour respecter la loi afin d’assurer l’égalité d’accès à l’éducation pour les enfants atteints de surdité en Seine-Saint-Denis et en France.

You may also like...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *