Notre Santé en danger : deux jours d’action à Bondy et à Paris

 

 

 

Ce vendredi soir 22 juin, à Bondy, avec le Comité de Défense et de Promotion de l’Hôpital Public Jean Verdier, j’ai apposé ma signature comme plus de 8500 habitants et usagers de cet établissement de qualité et de proximité. Il n’y a pas d’avenir pour Verdier sans une mobilisation constante pour son maintien !

Nous tous, nous sommes attachés à notre espace de vie. Nous tous, nous souhaitons le meilleur pour nos villes. Et voir partir un établissement de soin de proximité est un déchirement. Surtout quand il s’agit d’une maternité publique ! A Bondy, bientôt nous n’y naîtrons plus.

Partout en France, notre système de santé est attaqué. Désormais, la comptabilité remplace l’humanité.

Favoriser la concentration des équipements, en un même endroit, pour augmenter un volume de naissance génère un environnement de travail oppressant, et qui a pour conséquence, de troubler l’un des plus grands moments d’une vie : Donner naissance… Mettre au monde.

 

Samedi 23 juin, sur la Place de la République, venus de toute la France, étaient regroupés les Comité de Défense des Hôpitaux et Maternités de proximité.

Ils étaient accompagnés par la Convergence Nationale des Collectifs de Défense et de Développement des Services Publics.

Dans une ambiance bon enfant, dans le Village des Services Publics installé pour la journée, tous les participants dénonçaient les mêmes manières de faire… ou plutôt défaire.

 

 

La Poste, l’Education, la Santé, les Transports, tous, ont vécu la casse du service public par les mêmes procédés.

1/ Gel des dotations et des moyens

2/ Augmentation du nombre de poste de gestion et le non-renouvellement des praticiens du secteur

3/ Imposer l’atteinte d’objectifs irréalisable sans l’octroi de moyens

4/ Attendre la baisse de qualité de service dénoncée par les usagers

5/ Accuser la baisse de qualité pour augmenter l’emprise de bonnes pratiques et d’une meilleure gestion

6/ Reproduire le process jusqu’à la fuite des usagers vers le privé

 

Les services publics sont notre bien commun.

Faire Mieux avec Moins, cette incantation ânonnée par les prêtres du mercantilisme ne peut conduire qu’à l’écroulement des valeurs qui, jusqu’à présent, ont fondées le concept de Fraternité et de solidarité.

 

You may also like...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *