Dématérialisation de l’accès aux bourses : un casse-tête pour les parents et les élèves !

Un conseiller départemental de la ville de Bondy m’a écrit pour me faire part d’un problème grave et récurrents : les multiples dysfonctionnements qui accompagnent la dématérialisation de certains services, ici de la possibilité de retirer un dossier papier pour effectuer une demande de bourse.

Une fois n’est pas coutume, cette dématérialisation pénalise les classes populaires, qui n’ont pas forcement accès à internet.

Plus largement, cette dématérialisation tout azimut pour de sordides raisons comptables représente une déshumanisation de nos services publics.

Retrouvez le texte de ma question au Ministre Blanquer :

Mme Sabine Rubin alerte M. le Ministre de l’Education nationale sur la situation préoccupante des parents d’élèves boursiers dans le cadre de la dématérialisation des services de l’Etat.

J’ai récemment été interpellée par un conseiller municipal de la ville de Bondy dans ma circonscription qui m’a fait part de la situation préoccupante d’un nombre significatif de familles face à la dématérialisation de certains services de l’Etat.

Il s’agit plus précisément du dispositif relatif aux élèves boursiers : un outil républicain indispensable pour corriger certaines inégalités dans l’accès à l’Education supérieure, qui sont particulièrement criantes dans notre pays.

Ce dispositif et l’exigence d’égalité dont il est porteur sont mis à mal par le processus de dématérialisation engagée par certains services de l’Etat.

En effet il n’est plus possible de retirer un dossier de bourse papier auprès de l’établissement scolaire, la démarche s’effectuant dorénavant intégralement par internet.

Or un nombre important de familles modestes ne disposent pas d’un accès à internet au sein du domicile, ou n’ont pas une formation suffisante concernant la maitrise de l’outil informatique, ce qui entrave l’accès aux bourses pour leurs enfants.

Ainsi le nombre de sollicitation de bourses a considérablement chuté depuis la mise en place de cette dématérialisation, au risque de pénaliser les établissements scolaires dont le classement en REP inclut le nombre d’élèves boursiers.

Il s’agit donc d’une véritable « double-peine » : on complique l’accès au dossier de bourse de familles modestes et on risque de pénaliser à terme les établissements scolaires en biaisant les critères d’attribution en REP.

Vous n’êtes pas sans savoir que le Défenseur des droits a publié en janvier de cette année un rapport relatif aux conséquences de la dématérialisation dans l’accès aux services publics.

Le constat est accablant : la fracture numérique double la fracture sociale en instituant une rupture d’égalité dans l’accès à nos services publics, qui sont le premier bien de ceux qui n’ont rien.

Ce sont près de 19% des français qui n’ont pas d’ordinateur à domicile, sans même y inclure celles et ceux qui ne sentent pas « légitimes » ou « aptes » à maitriser l’outil informatique.

Toujours selon M. Toubon, « la numérisation ait été faite à marche forcée, c’est-à-dire qu’on avance, mais on laisse tomber des gens sur le bord du chemin ».

Cette situation est intolérable, contraire à nos principes républicains, facteur d’aggravation des inégalités scolaires qui pèsent lourdement sur la trajectoire sociale de chacun.

A la lumière de ce contexte, Mme Rubin souhaite donc savoir si M. Le Ministre compte rétablir à brève échéance la possibilité de retirer un dossier de bourse papier au sein de l’établissement scolaire ?

You may also like...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *