BIC nous prend pour des billes !

Comme d’habitude, les actionnaires sauvent les marges plutôt que les salariés. Et le gouvernement, qui prétend résorber le chômage, n’a rien à dire. Où vont donc ses allégeances ? J’ai interrogé le ministre Bruno Le Maire à ce sujet :


Mme Sabine Rubin appelle l’attention de  M. le ministre de l’économie et des finances sur les destructions en série d’emplois français auxquelles se livre la famille Bich, actionnaire très largement majoritaire de la société BIC, depuis plusieurs mois.

En janvier dernier, le fabricant de stylos avait déjà annoncé la délocalisation, à l’été 2019, de plusieurs dizaines d’emplois vers la Tunisie, où il possède déjà un site de production. Dans le cadre du projet “Invent the Future”, il a également annoncé, ce jeudi 6 juin, la suppression de quatre cent cinquante emplois dans le monde d’ici à 2021, dont une centaine en France, au siège de Clichy. Cette fois, c’est à Sofia, en Bulgarie, que sera recréée une partie des postes, dans un but affiché “d’efficience”, afin de réaliser des économies qui pourront être réinvesties dans “l’innovation à long terme”.

Mais comment ne pas voir la supercherie grossière qui consiste à parler d’investissement pour masquer la tyrannie des mangeurs de dividendes ? Car c’est bien pour satisfaire ces derniers, dont les profits diminuent depuis plusieurs années, que sont déplacées les opérations vers des pays où le travail se vend moins cher. Comble de l’ironie, la direction s’est attaché, à cette fin et pour plusieurs mois, les services de l’onéreuse société de conseil McKinsey.

Monsieur le ministre compte-t-il laisser encore longtemps des entreprises bénéficiaires détruire, dans une poursuite aveugle du rendement à court terme, ce qu’il reste des industries françaises ?

You may also like...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :