Greta ou CETA : il faut choisir.

Greta ou CETA : il faut choisir.

L’heure n’est plus seulement à la « prise de conscience climatique » : il s’agit d’engager résolument une bifurcation de notre modèle productif.

Et pour cela rompre avec le libre-échange, les consommations ostentatoires, la course folle au profit qui ronge notre planète et épuise les hommes qui s’y trouvent.

Ce matin, c’est avec beaucoup d’attention que j’ai pu écouter Greta Thunberg et de nombreux jeunes nous alertant sur l’enjeu climatique.

« Nous ne sommes pas obligé de mettre le bien-être du commerce au dessus de celui de notre planète » : voici une parole pleine de bon sens.

C’est pourquoi moi-même et mon groupe de la France insoumise avons voté contre le CETA, une aberration environnementale, une menace pour nos démocraties.

Possibilité demain pour les multinationales de poursuivre nos États, mise en concurrence des éleveurs et agriculteurs français et canadiens, importation de produits alimentaires contenant farines animales et anti-biotiques en pagaille…

Honte aux éco-tartuffes de la majorité.

Honte à ceux qui applaudissent à tout rompre Greta et votent sans conscience ni honneur un traité délétère pour l’environnement, contraire à l’intérêt de la démocratie, de notre économie, de la France et de la planète.

You may also like...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :