Le CAC40 nous coûte trop cher !

Alors qu’on fustige sempiternellement le « coût du travail », les grands groupes distriubent une part toujours plus importante de la valeur ajoutée aux actionnaires, au détriment de l’investissement et de l’embauche.

Il y a 30 ans, les dividendes représentaient moins de 5% de la richesse crée dans l’industrie. Aujourd’hui, cette part s’élève à 25%.

You may also like...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :