« Printemps de l’évaluation » budgétaire : une piètre mascarade

« Plutôt que de frapper les grandes fortunes, adoucir les inégalités par l’impôt, orienter les investissements par l’État, stimuler la demande par la répartition des richesses, on préfère cajoler les privilégiés, pointer du doigt les classes populaires, pressurer les classes moyennes.

Alors que vous applaudissiez la jeune Greta il y a quelques jours, cela devrait-être une évidence que d’investir massivement dans la transition écologique, de faire primer l’intérêt de la planète sur celui du commerce.

Mais peut-être que dans cet hémicycle climatisé, vous n’avez pas encore assez chaud pour comprendre l’urgence d’investir pour le climat. »

Retrouvez l’intégralité de mon intervention :

You may also like...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :