70 000 enfants déplacés au Kurdistan par l’offensive turque

… Parmi 275 000 civils. Ce sont les chiffres de Kurdistan 24, rapportés par le Courrier International.

Depuis l’ordre de retrait des troupes américaines, sur une foucade de M. Trump, l’armée turque mène la guerre qu’elle ourdit de longue date contre les Kurdes du Rojava.

Le peuple kurde vit, voici plusieurs siècles, sur un territoire précis mais toujours morcelé. Jadis des sultanats, des émirats, des empires ; aujourd’hui l’Iran, l’Irak, la Syrie et la Turquie. Au fil des guerres, et malgré les promesses des puissances voisines comme lointaines, il n’existe pas de Kurdistan libre et autonome ; on se partage ce vaste territoire central, riche en eau et en pétrole.

Depuis le début de la guerre de Syrie, en 2011, les kurdes combattent les djihadistes de Daech, avec le soutien matériel et financier d’une coalition internationale, à laquelle participent notamment la France et les États-Unis.

Aujourd’hui, non content de persécuter les Kurdes dans son propre pays, le président turc Erdogan s’en prend à ceux du Rojava, auxquels il reproche d’être trop proches de ses frontières, et qu’il appelle « terroristes ».

En somme, un autocrate proche des djihadistes syriens et qui, derrière le bouclier humain des migrants qu’il refoule pour le compte de l’Europe, se permet toutes les transgressions. Cette fois, il attaque le Kurdistan syrien, enclave socialiste, écologiste et féministe, pionnière dans la région, et qui devrait servir de modèle jusque dans nos démocraties occidentales.

C’est par une décision unilatérale que les États-Unis de M. Trump laissent advenir un génocide en puissance. Une fois de plus, il semble urgent que la France quitte la remorque de ce pays surpuissant, erratique, et enclin à toutes les ingérences. La France doit claquer la porte de l’OTAN.

Car c’est au sein de l’ONU que doivent se régler les questions de frontières, par la négociation plutôt qu’à coups de mortier. Pour l’heure, condamnons le bellicisme d’Erdogan et son affligeant chantage ; soutenons nos alliés Kurdes, qui sont le vrai rempart contre la barbarie.

You may also like...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :