Attention : danger travail ! Ma question au Premier ministre

« Moi je n’adore pas le mot de pénibilité, parce que ça donne le sentiment que le travail serait pénible ».

On reconnait là le style inimitable de notre président.

Mais pourtant, les faits sont têtus : 1 chauffeur routier, 2 agriculteurs, 1 ouvrier, 2 enseignants, 11 marins et 4 policiers sont morts au travail cette semaine.

L’Education nationale voit les conditions de travail se dégrader, le climat de violence s’intensifier : aux Lilas, devant le lycée Paul Robert, un adolescent est mort poignardé dans les bras d’un professeur d’EPS.

Cette violence est protéiforme : psychique ou physique, insidieuse ou évidente, mais partout présente, du secteur privé à la fonction publique.

A quand la reconnaissance du burnout comme maladie professionnelle ? A quand l’amélioration concrète des conditions de vie de la communauté éducative, de l’ensemble des travailleurs aujourd’hui brisés par un travail en perte de sens ?

Retrouvez ma question au gouvernement, et la réponse de M. Blanquer.

You may also like...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :