Situation préoccupante du commissariat des Lilas

Dans un contexte sécuritaire de plus en plus préoccupant, la liste des décès liés à des rixes entre jeunes s’égrène année après année : Richard, Kewi, Cameron dont les morts ont endeuillé les villes des Lilas, du Pré-St-Gervais et de Romainville.

Malgré une visite médiatique de M. Castaner en octobre 2018 au commissariat des Lilas, les moyens humains et matériels sont toujours manquant pour assurer avec efficacité le droit de toutes et tous à la sûreté.
Après avoir échangé avec une association du quartier des Sentes, rencontré l’équipe du commissaire intérimaire, j’ai donc décidé d’interpeller notre nouveau ministre de l’Intérieur

Bien sûr, l’ordre public ne saurait être assuré sans œuvrer pour la justice sociale : résorber les fractures territoriales, lutter contre les discriminations à l’embauche et les inégalités sociales ; se mobiliser contre l’habitat indigne, renforcer le rôle des éducateurs de rue, doter davantage les collectivités territoriales pour qu’elles puissent assurer leur mission de service public.

Retrouvez ma question au ministre :

Mme Sabine Rubin souhaite interroger M. le ministre de l’Intérieur sur la situation préoccupante du commissariat de plein exercice des Lilas.
En octobre 2018, pour sa première visite en tant que ministre de l’Intérieur, votre prédécesseur M. Castaner se rendait au commissariat des Lilas, sur ma circonscription. Ce déplacement faisait suite à une rixe entre jeunes ayant causé la mort d’un jeune adolescent de 13ans.
Un an après, en octobre 2019, un jeune garçon de 15ans, Kewi, décédait dans cette même commune, suite à une agression à l’arme blanche.
Depuis, j’ai notamment été interpellée par un collectif de citoyens du quartier des Sentes, faisant état de tensions grandissantes aux abords immédiats des immeubles, allant d’incivilités quotidiennes à la blessure à la jambe d’une personne âgée en juin dernier, suite à une tentative d’assassinat.
Témoignant des violences qui émaillent hélas notre territoire, le 13 juillet 2019 un jeune homme de 20ans, Cameron, trouvait lui aussi la mort par arme blanche dans la commune limitrophe de Romainville, dépendant du même commissariat des Lilas.
A l’occasion de la nomination d’un commissaire intérimaire, j’ai pu effectuer une visite à ce même commissariat afin de relayer l’inquiétude partagée de nombreux riverains. J’ai pu y constater de graves manques de moyens qui entravent considérablement l’action de notre police nationale : seulement 2 personnels d’encadrement pour 170 fonctionnaires, deux voitures mises à disposition afin d’organiser des patrouilles, un équipement insuffisant en matériel informatique, des locaux exigus.
Ce manque criant de moyens humains et matériels n’est malheureusement pas un cas isolé dans notre département : le rapport parlementaire Cornut-Gentille atteste de cette rupture d’égalité républicaine entre nos territoires. Pour exemple, alors que dans la commune de Bondy, située sur ma circonscription, le taux de délinquance est plus élevé que la moyenne nationale, nous avons moins d’un policier pour 400 habitants, quand le XVIII arrondissement de Paris, pourtant moins criminogène, en comptait 1 pour 315 habitants.
Malgré une large mobilisation des parlementaires, de gauche comme de droite, et les fortes déclarations du Premier ministre en octobre 2019, force est de constater que l’action du gouvernement n’a pas encore eu les effets escomptés.
Si je reste convaincue qu’un contexte social de fortes inégalités dans l’accès au service public ou à l’emploi ne peut qu’aggraver durablement les phénomènes de délinquance, il n’est plus tolérable que notre police nationale ne puisse pas avoir les moyens adéquats pour assurer pour l’ensemble des citoyens et des quartiers la sureté et la sécurité au quotidien.
A l’aune de ces différents éléments, Mme Rubin souhaite donc savoir quels moyens l’Etat pourra mettre en l’œuvre afin de mettre aux normes le commissariat des Lilas, d’équiper suffisamment ses effectifs et de recruter suffisamment de personnels pour mieux prévenir, et le cas échéant sanctionner, les phénomènes de délinquance sur les différentes villes de ma circonscription ?

You may also like...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :