Petit papa Blanquer, quand tu descendras du ciel…

Alors certes, je puis le confesser : je ne goûte guère les chansons de Tino Rossi, et j’aurai sur ce point un avis avoisinant celui de feu Desproges.

Mais il n’empêche : à l’approche des fêtes et du réveillon, je n’ai pu m’empêcher de dresser une petite liste au Père Noel, en l’occurrence une liste de doléances adressée au Ministre Blanquer.

Retrouvez ici ma question à M. Blanquer :

Mme Sabine Rubin attire l’attention de M. le Ministre de l’Éducation nationale sur les graves dysfonctionnements dont souffre le département de la Seine-Saint-Denis, notamment en raison d’une insuffisance chronique de ses effectifs d’encadrement, ainsi que des fortes difficultés à pourvoir suffisamment les heures de remplacement au sein de nos établissements scolaires.

Suite au rapport parlementaire Kokouzndo et Cornut-Gentille, vous n’ignorez pas les fortes inégalités de mon département en matière d’accès à une éducation publique de qualité : en moyenne, chaque élève perd ainsi une année sur l’ensemble de sa scolarité, et ce du fait du non-remplacement des professeurs absents.

Force est de constater que depuis mon précédant courrier, envoyé dès janvier 2021 pour vous faire part de ces problèmes, le phénomène persiste et ne cesse d’inquiéter la communauté éducative : ainsi, la campagne « En avant », initiée par la FCPE de Seine-Saint-Denis en décembre de cette année, recense d’ores et déjà près de 24 pétitions portant sur de graves dysfonctionnements frappant de nombreux collèges, écoles élémentaires ou lycées de notre département.

A Villepinte, Montreuil, Pantin, Montfermeil, Villemomble, Le Rancy, Saint-Denis, St-Ouen, Drancy, Epinay-sur-Seine, Aulnay-sous-Bois, pour n’en citer que quelques-uns, il n’est guère d’établissements qui ne soient épargnés par ce fléau.
Pour ma seule circonscription, j’ai notamment pu relever :

• Au lycée Paul Robert des Lilas, près de 70h d’anglais perdues en LV1, et dans la même commune, le non-remplacement de professeurs pour les classes de CPB et de CM2B pour l’école maternelle Romain Rolland.

• Au collège Jean-Jacques Rousseau, au Pré-St-Gervais, le non-remplacement d’une professeure d’espagnole, actuellement en congé maternité, poste laissé vacant depuis plus de 10 semaines.

• Au lycée Théodore Monod, à Noisy-le-Sec, on déplore encore le manque de deux enseignants d’espagnol, ainsi que pour le collège Héritier, on l’on constate une hausse de près de 25% des absences depuis la rentrée 2021.

• Au collège Marie-Curie de Bondy, où en mars de cette année, on pouvait regretter le non remplacement d’heures de mathématique, près de 20 heures cumulées.

Cette campagne de la FCPE s’est d’ailleurs doublée d’une lettre ouverte directement adressée à votre Ministère, signée par 132 conseils locaux, mentionnant l’insuffisance de TZR ainsi que le recrutement dans l’urgence de 400 contractuels depuis septembre, témoignant de l’ampleur et de l’enjeu du problème sur notre territoire.

Il est d’ailleurs à regretter que cette absence chronique n’ait malheureusement pu être palliée que par la mobilisation exceptionnelle d’animateurs municipaux, un dispositif qui ne saurait être pérennisé, et pour lequel j’avais pu vous alerter en juin dernier par le biais d’une lettre transpartisane, cosignée par de nombreux élus locaux et nationaux de Seine-Saint-Denis, toutes tendances politiques confondues.

Les collectivités ne peuvent à elles seules faire face à ces difficultés, et il semblerait pertinent d’élargir de 10 à 15% le contingent de professeurs remplaçants, voir 20 % en période de pandémie, lorsque l’on sait qu’au sein de notre Académie de Créteil, nombreux sont ceux qui de prime abord affectés à des missions de longues durées, réduisant d’autant les marges de manœuvre de nos établissements.

Pourtant, recruter davantage est une nécessité et une priorité, alors que l’actuelle reprise épidémique risque fort de bousculer la rentrée 2022, et qu’il est à craindre que de nouvelles absences maladies viennent encore mettre un peu plus sous tension nos équipes pédagogiques.


A cela, s’ajoute encore l’excessive difficulté à recruter un nombre suffisant d’AESH, correspondant à l’explosion du nombre de notification de la MDPH relative aux élèves en situation de handicap : suite à votre invitation d’octobre dernier de signaler d’éventuels manquements dans nos différentes circonscriptions, j’ai bien pris soin de vous relayer par courriel et par courrier les manquements constatés dans les communes de Romainville, des Lilas et du Pré-St-Gervais.

Certes, il est des postes qui ont été ouverts : mais à l’instar de la médecine scolaire, la faible attractivité du métier, l’absence de statut et d’une valorisation afférente complique d’autant les campagnes de recrutement.
Hélas, je ne peux que déplorer que cette missive soit pour l’heure restée sans réponse conséquente de votre part.

Ainsi, à l’aune de ces différents éléments, Mme Sabine Rubin souhaite savoir quels sont les moyens humains et financiers que votre ministère souhaite mettre à la disposition du département de la Seine-Saint-Denis pour la rentrée de janvier ?

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

%d blogueurs aiment cette page :